ze

 

Soirée projection-débat : Le Rhône, la renaissance d’un fleuve

 

Jeudi 26 avril 2018 20h-22h : soirée projection-débat organisée par le SHR au cinéma l’Arlequin à Belley

Entrée gratuite - Durée du film 52 mn -

 

Pourrait-on restaurer un fleuve comme on restaurerait une œuvre d'art ou un château ?

En décembre 2003, la montée rapide des crues hivernales du Rhône vire au drame. Le fleuve casse des digues, tue des gens et en déplace des milliers d'autres. C'est le choc. On pensait le fleuve sous contrôle mais un incroyable constat s’impose : l'aménagement frénétique et anarchique du fleuve pour le dompter et l’asservir à nos besoins économiques et énergétiques est en partie responsable de cette catastrophe.

Trop de digues, trop de barrages, trop de béton, de routes, de voies ferrées, qui enserrent le Rhône, le bordent de près, et le contraignent. Dénaturé dans ses paysages et appauvri dans sa biodiversité, il redevient même dangereux pour les hommes. On décide alors de le "restaurer".

À travers le récit de cette passionnante aventure écologique et scientifique, le film se fait l'écho de cette belle idée qui fait son chemin dans le monde entier de redonner aux fleuves aménagés un peu d'espace et de cette liberté dont ils ont tant besoin.

Cocottes minute production

 

Les deux épisodes de crue que nous avons vécu en de ce début d’année répondent à ce documentaire d’Anne Julie Parisot diffusé en 2015 sur Arte.

Poursuivant sa volonté de renouer les liens entre les riverains et leur fleuve, le Syndicat du Haut-Rhône vous propose une soirée débat autour du film, en présence des scientifiques qui réalisent les suivis visant à évaluer les effets des travaux de restauration hydraulique et écologique.

La bande annonce du film : https://vimeo.com/115156242

Plus d'information sur les travaux de restauration sur le secteur du Haut-Rhône

 

y

 

 

 

 

 

Pour tout savoir sur le Syndicat du Haut-Rhône et son activité 2016, consultez le rapport d'activités 2016 qui vient de sortir.

> LIRE LE RAPPORT D'ACTIVITE EN LIGNE <

 

> TELECHARGEZ LE EN A3 <

> TELECHARGEZ LE EN A4 <

 

LIRE LE RAPPORT D'ACTIVITE EN LIGNE

Le SHR et ses communes adhérentes souhaitent développer et pérenniser la conscience du risque auprès des riverains en identifiant par la pose de repères de crue sur des sites publics fréquentés, les hauteurs d’eau atteintes lors des principales inondations connues sur le territoire.     

Après un travail d'inventaire en 2014, le SHR a fait intervenir un géomètre en 2016 pour relever les différents repères de crue existants sur le territoire et implanter de nouveaux repères dans des lieux de passage importants (sentiers au bord du Rhône) et des lieux publics (mairies, écoles etc..) pour les communes peu dotées en repères de crue mais pouvant subir des inondations importantes.

Ainsi, 64 hauteurs de crues ont fait l’objet d’un relevé (principalement les crues de 1990 et 1944 principalement) :

12 font l’objet d’une pose d’une plaque de repère de crue pour valoriser le repère existant comme par exemple à :

 

 

 

Yenne

(Ecole de Musique)

 

Brangues

(intersection de rue dans le village) 

Massignieu de Rives

(pile de pont et bâtiment)

  

Elles ont servi à reporter la hauteur d’eau pour implanter 18 plaques de repères de crues en des lieux plus visibles et sur des bâtiments publics comme par exemple à : 

 

 

 

 

Lavours 

(Village)

  

 

Le Bouchage

(Mairie/école et place du village)

 Vions

(four communal)

 

Elles vont servir à l’implantation de 10 totems d’informations pouvant indiquer plusieurs hauteurs de crues, qui seront posés au cours de l’année 2017.

Lorsque la hauteur d’eau reportée est trop approximative, il est prévu en complément :

- Une implantation de panneaux d’informations pour la mémoire du risque

- Une pose de plaques avec la date de la crue sans indication de hauteur d’eau

Vous pouvez retrouver les repères de crues inventoriés sur le Haut Rhône sur la plateforme nationale collaborative des sites et repères de crues :

www.reperesdecrues.developpement-durable.gouv.fr 

Cette action a été labellisée "Plan Rhône" et est subventionnée à hauteur de 80% par L'Union Européenne (Fonds FEDER) et l'Etat.